Merci aux électeurs

Le PS d’Orbe et Environs, remercie les électrices et électeurs pour le magnifique résultat de Rebecca Ruiz Conseillère nationale et candidate au Conseil d’État.

Rebecca Ruiz est une candidate solide et expérimentée qui continuera à mener une campagne de terrain d’envergure pour défendre le service public, l’emploi, l’écologie et une politique sociale et sanitaire forte, dans l’intérêt général, pour toutes et tous les Vaudoises et Vaudois.

Le PS rappelle que, pour confirmer le résultat du 1er tour le 7 avril, une mobilisation importante sera nécessaire. Il remercie ses allié-e-s pour leur soutien et se réjouit d’affronter les trois prochaines semaines avec autant d’énergie et de détermination que durant les deux derniers mois.

Venez à nos stands, pour en discuter ces prochains samedis et surtout déposer le bulletin de Rebecca dans l’urne le 7 avril, la majorité de gauche est une nécessité pour le Conseil d’État, pour garder un État social fort en faveur des citoyennes et citoyens de notre canton.

Catégorie: Blog · Tags:

Rebecca Ruiz, candidate au Conseil d’Etat

Jessica Jaccoud, présidente du PS Vaudois rappelle : Fidèle au principe « parler c’est bien, dialoguer c’est mieux », le PS vaudois ira à la rencontre de la population dans les communes et sur les réseaux sociaux. ».

Rebecca Ruiz, candidate au Conseil d’État, précise que cette manière de faire campagne est dans la droite ligne de son engagement politique : « Cela fait des années que je vais à la rencontre des gens, des différents corps de métier sur tout le territoire vaudois. Que ce soit dans le domaine des soins, de l’agriculture ou encore de l’économie, je me réjouis des rencontres de ces semaines à venir. »

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois, a réitéré le soutien de son parti à la candidature de Rebecca Ruiz : « Nous nous retrouvons entièrement dans le programme et les valeurs de Rebecca Ruiz. Nous nous réjouissons de faire campagne pour et avec elle. Les Verts vaudois déposeront par ailleurs une liste avec son nom car cette candidate est aussi la nôtre ! »

Catégorie: Blog · Tags:

Hilcona n’est pas au-dessus des lois

Interpellation de Virginie Pilault pour le groupe socialiste au Conseil Communal déposée le jeudi 13 décembre 2018.

A Orbe, une filiale de Bell, donc du groupe Coop, viole la loi sur le travail et ne respecte même pas les salaires minimums prévu dans la Convention collective.

L’émission mise au Point la RTS a récemment fait état d’une situation alarmante chez Hilcona, dans son usine d’Orbe, qui emploie 350 personnes. C’était le 11 novembre dernier. Cette émission donnait notamment la parole à des employé-e-s et ex-employé-e-s d’Hilcona, qui affirmaient travailler pour des salaires de misère dans des conditions de stress et de contrainte épouvantables, arriver à 5h du matin pour commencer le travail et être renvoyés chez eux. Ou au contraire travailler plus de 12 heures d’affilée sans en avoir été avertis à l’avance. Ou encore être privés de pause au point de se faire dessus !

Le dialogue social semble totalement inexistant dans cette entreprise.

Ces informations et inquiétudes concernant d’éventuelles infractions à la loi sur le travail ont été abondamment relayées dans la presse ( La région, 24h…), y compris dans la presse française.

Elles sont révoltantes, très dommageables pour l’image de la commune, et probablement pour ses finances. En effet, quand on gagne 15 francs de l’heure, on ne peut pas subvenir aux besoins de sa famille. On devient un « working poor ». Et ceci a bien sûr un coût social pour la commune de résidence des employé-e-s concernés.

Pour nous, il serait très important que la municipalité manifeste sa préoccupation auprès de la direction d’Hilcona, voire de Coop, à propos de ce qui se passe dans l’usine installée sur son territoire, et lui demande de se mettre rapidement en conformité avec la loi. Cette intervention doit se faire de manière publique, afin que les salarié-e-s de cette usine sachent que leur cri d’alarme a
été entendu.

J’adresse donc ces trois questions à la municipalité :

  • La municipalité peut-elle nous renseigner sur sa position concernant les éventuelles infractions à la loi sur le travail commises par l’entreprise Hilcona sur le territoire communal ?
  • La municipalité va-t-elle prendre contact avec la direction d’Hilcona et de Coop pour communiquer sa position , éventuellement proposer sa médiation pour renouer un dialogue entre les partenaires sociaux qui semble rompu dans cette entreprise ?
  • La municipalité entend-elle soutenir les employés et les représentants du personnel dans cette situation difficile ? Si oui, de quelle manière ?

Catégorie: Blog · Tags:

SOUTENIR LES EDUCATRICES DU PARASCOLAIRE C’EST EVITER DES CONSEQUENCES DELETERES

Nous vivons dans un pays riche, dans un canton où plus de 70% des femmes exercent un emploi, au moins à temps partiel.

Mais, outre le manque de places d’accueil pré-et parascolaire toujours patent 10 ans après l’acceptation par le peuple de l’article 63 a de la Constitution Vaudoise, on tente maintenant d’imposer des taux d’encadrement plus faibles alors que les familles payeront toujours le même prix pour la garde de leurs enfants.

De manière générale, cela questionne la manière que nous avons de considérer les enfants et les personnes qui les encadrent que l’on tend ainsi à dé-professionnaliser.

L’enfance est une période sensible qui demande des investissements importants, sans quoi nous risquons de payer beaucoup plus cher des manquements qui engendreront des coûts sociaux plus importants, tant du point de vue des individus, des familles que de la société (taux de natalité très bas, ruptures socio-professionnelles en hausse, stress et burn-out en surnombre tant chez les élèves que chez les professionnels).

S’occuper d’enfants, ce n’est pas juste les surveiller et garantir leur sécurité !  Pourtant, avec ces nouvelles normes, c’est tout l’aspect éducatif qui est remis en cause.

Ce travail nécessaire à l’autonomisation et à la socialisation et d’autant plus important auprès des enfants issus de familles défavorisées, migrantes ou en situation de handicap afin de favoriser leur insertion scolaire et professionnelle ultérieure (et celles de leurs parents).

Toute structure d’accueil doit se doter de projets éducatifs cohérents et adaptés, ce qui nécessite du personnel et des équipes éducatives formées, afin de soutenir les enfants, les parents, mais également compétentes pour travailler en collaboration avec les institutions partenaires (écoles, foyers et assistants sociaux).

Le groupe Socialiste au Conseil communal  d’Orbe

Catégorie: Blog · Tags:

3e génération : Oui ! à la naturalisation facilitée